Baker Lake

President of the Environment Association 2000, Raymond Gagné recounts the story of Baker Lake and how it was restored from a polluted mess to a beautiful lake. Some people said that it would be impossible to renew. However, it was achieved with determination and help from people like Luc Pelletier, Yves Carrier, Dr. Benoït Ouelette, Marc Sheeran and the many others involved. The 280 people residing around the lake’s vicinity agreed that something had to be done. An exhaustive door-to-door campaign was done by Raymond Gagné which convinced the residents of the area to re-route their septic systems. Millions of bottles, vehicle motors, tires and debris of all sorts were retrieved from the 10 kilometer long lake. In ten years, the results have proved to be miraculous! Compared to 680 coliformes per 1000 ml of water in 1986, the lake was now testing 14 coliformes per 1000 ml of water, a safe level. Baker Lake is one of New Brunswick’s great success stories!

Lac Baker

Raymond Gagné
Président de l’Association Environnement 2000,
lac Baker et lac Caron, Nouveau-Brunswick
janvier 1998

 

e.gif (324 bytes)n 1980, lorsque Raymond Gagné revient de Sept-Îles et s’installe dans la montagne qui surplombe le magnifique lac Baker, dans le nord du Nouveau-Brunswick à la frontière du Maine et du Québec, il ne reconnaît plus le lac où il a grandi. « Il était atrocement pollué. On le voyait par la couleur de l’eau. Quand j’étais jeune, il y avait des sangsues, des couleuvres et des huîtres. Tout avait disparu. Quand les enfants se baignaient, ils avaient des problèmes de peau. C’étaient des signes qui ne trompent pas. »

le lac baker.jpg (20341 bytes)
(photo: Gilda Chamberland Nadeau)

==========
Le Lac Baker, au Nouveau-Brunswick, est redevenu un petit paradis depuis que Raymond Gagné a décidé, il y a 10 ans, de s'en occuper
==========


Sans être spécialiste de la chose, Raymond Gagné s’est toujours intéressé à l’environnement. Il ne supportait pas de voir cet endroit, considéré jadis comme la petite Suisse du Nouveau-Brunswick, se détériorer de cette façon. « Je suis devenu président de l’Association des propriétaires de chalet du lac Baker, qui représente 280 membres. On a conclu qu’il y avait un très gros problème. »

Au ministère de la Santé et des Services communautaires, on leur a dit qu’il est impossible de dépolluer le lac, qu’il est trop endommagé. Mais Raymond Gagné ne partageait pas du tout ce point de vue : « Je leur ai dit qu’ils se trompaient. La nature peut être remise comme avant. »

Premier constat, accablant : 90 % des propriétés n’avaient pas de réseau d’évacuation des égouts. Tous les déchets allaient directement dans le lac. Deuxième constat : le fond du lac renfermait un nombre ahurissant de détritus de toutes sortes. « Je suis allé chercher des plongeurs pour voir ce qu’il y avait sous l’eau : des milliers de bouteilles, des moteurs de voitures, des pneus. On a donc commencé par ça : nettoyer le fond. Les efforts de Luc Pelletier et de ses plongeurs, Les Aquanuts, du Dr Yves Carrier, du Dr Benoît Ouellette, de Marc Sheeran et de toute la paroisse du lac Baker ont été grandement appréciés. »

bakerlf.jpg (46891 bytes)
(photo:Communications New Brunswick Image bank)


Pendant dix ans, Raymond Gagné et son équipe se sont attelés à cette tâche titanesque. Le lac a dix kilomètres de long. Devant chaque chalet, il fallait sortir les déchets, que les propriétaires apportaient eux-mêmes chez les recycleurs. Toutes les berges ont ainsi été nettoyées.

Puis on s’est attaqué aux canalisations d’égout. D’abord celles des maisons du village et de l’église et ensuite celles des chalets. Raymond Gagné a fait du porte-à-porte, infatigablement.

En dix ans, plus de 80 % des canalisations d’égout ont été refaites. « C’est un miracle ! »

ray.gif (3916 bytes)

Les résultats, eux aussi, sont miraculeux : en 1986, les analyses d’eau à certains endroits du lac démontraient qu’il y avait 680 coliformes par 1000 ml d’eau. La loi tolère 200 coliformes par 1000 ml. Dix ans plus tard, les analyses d’eau parlent d’elles-mêmes : 14 coliformes par 1000 ml d’eau. « On voit de l’eau propre, des poissons en bonne santé. » À deux kilomètres de là, le lac Caron a subi la même cure où le taux de coliformes est réduit à 0,5 par 1000 ml l’eau.

Plus extraordinaire encore, les gens sont devenus fiers de leur lac. Ils ont transformé leur vieux chalet en petite maison coquette et ont embelli leur jardin. « Tout le monde s’est rendu compte que l’environnement, c’est important. Après tout, on est fait pour vivre dans une nature qui n’est pas polluée, non ? »