Changing Perceptions of Food and Farms

The mentality that pre-packaged food will always be available has become the norm.  Among the general public, there is little awareness that the world’s food system gobbles up energy and contributes to climate change, all for economic reasons.  Farms are the real source of our food (not the supermarket freezer) and farms should form the base of our long term sustainable food system.  Andrea encourages readers to get their hands dirty, visit their local farmers’ market or a local farm, and read up on the subject to help them better appreciate their food and the farms that produce it.

Percevoir la nourriture et la ferme autrement

Andrea Berry
Septembre 2006
 

l.gif (280 bytes)ire sur le sujet ?  En parler ?  Comment pouvons nous partager le message de l’agriculture biologique et les modes de productions viables ?  Lorsqu’on prend la peine de creuser, les réponses fleurissent.

Plus tôt cette année, j'ai participé à un panel de discussion qui abordait le sujet. La question du jour était : comment nous approvisionner si une pandémie frappait la province ? Nous devions imaginer que la grippe aviaire touchait le Nouveau Brunswick et que les corridors conventionnels de transport des aliments étaient interrompus. Nous étions assis, tous les participants du panel, le long de la grande table, représentant chaque chaînon de la chaîne alimentaire. Du fermier au camionneur, du consommateur à l'administrateur, nous avions tous une opinion à partager. Quels seraient les plans d'urgence qui seraient mis en place et qui fourniraient les nutriments aux gens?


(photo: Tim Kelly)

Comme la discussion avançait, d'un membre du panel à un autre, la réponse la plus intéressante vint d'un administrateur du service alimentaire d'un hôpital régional. L'hôpital en question entrepose suffisamment de nourriture congelée pour cinq jours et les cuisines sont organisées de manière à réchauffer et servir des repas déjà préparés. La nourriture est livrée sur une base journalière par des camions en provenance des quatre coins de la province mais aussi de l'autre bout du continent. Si une pandémie frappait et que les voies de transport étaient interrompues, le plan d'urgence de l'hôpital consisterait à utiliser les réserves de nourriture congelée premièrement, puis à se tourner vers leurs réserves de nourriture déshydratée (Cup-A-Soup) pour finalement servir des boissons protéinées (Boust and Ensure). Une fois ces différents types de repas épuisés, le plan d'urgence prenait fin. Jamais les employés de l'hôpital n'ont envisagé qu'une fois la dernière boîte jetée à la poubelle, le système conventionnel de production et de distribution ne reprendrait pas comme d'habitude. Ils ont assumé que tout redeviendrait à la normale avant que cette dernière boîte de 'nourriture' soit jetée.

Cette mentalité, qui consiste à croire que la nourriture déjà préparée sera toujours disponible, est apparemment la norme. Manger un sac de chips ou une pizza congelée n'engage pas, dans la plupart des cas, à se poser des questions sur la provenance de nos aliments. Ce manque de conscience nourrit un système alimentaire mondial énergivore qui contribue aux changements climatiques et ce, seulement pour des raisons économiques. Trop peu d'entres nous pensons au fait qu'avant de devenir une boisson protéinée ou un Cup-A-Soup, ces produits alimentaires étaient des légumes, des fruits, des céréales, des œufs, de la viande, ou du lait. Les fermes sont notre vraie source de nourriture et nous devons les percevoir comme la base, non seulement de notre plan d'urgence, mais aussi d'un système alimentaire viable à long terme.

Ce défi auquel nous faisons face, est justement d'apporter ce message à ces gens responsables de l'alimentation dans les hôpitaux, dans les écoles et dans les forums gouvernementaux : le message de passer à l'action. Comment pouvons nous faire comprendre au personnel hospitalier que la nourriture saine est un bon remède ? Comment faire comprendre aux administrateurs d'école que servir de la salade lors du dîner à la cafétéria produira chez nos jeunes un corps et un esprit en santé ? Comment faire pour que les politiciens comprennent que les familles d'agriculteurs qui nourrissent les communautés locales, contribuent à l'épanouissement d'une économie rurale fleurissante ?


(Photo: Ha Lam for AA-S)

J'écris ces lignes selon mon expérience personnelle. La meilleure façon d'apprendre sur la beauté des systèmes alimentaires biologiques et locaux est de creuser un peu plus, dans les faits. Penchez-vous et salissez-vous ! Expérimentez un peu de terre noire sous les ongles, observez les 'mauvaises' herbes et les autres beautés dans le jardin, et surtout, goûtez le fruit de votre labeur.

Faire pousser une partie de sa nourriture est une des meilleures façons de comprendre ce que représente un système alimentaire viable et tout le travail nécessaire afin de mettre la nourriture dans nos assiettes.

Il existe plusieurs avenues permettant de donner une vraie valeur à la production alimentaire. Ci-dessous se trouve un programme en 12 étapes que chacun de nous peut mettre en pratique afin de connaître et de soutenir un système alimentaire local et biologique vivant, où que nous soyons :

12 étapes pour mieux apprécier la nourriture et l'agriculture :

  1. Sortez et observez. Pouvez-vous voir des traces d'une production locale dans votre communauté ? Combien de vos voisins ont des jardins ? Pourriez-vous identifier une 'mauvaise' herbe comestible en train de pousser dans votre gazon ? 
  2. Creusez dans la terre. Essayez votre pousse vert avec quelque chose d'aussi simple qu'un pot de fines herbes sur le bord de la fenêtre ou un plant de tomate sur le patio. Sentez la terre entre vos mains et réalisez que c'est d'elle que provient la nourriture. 
  3. Ouvrez un livre, naviguez sur internet. Il existe plusieurs ressources facilement accessibles telles que Canadian Organic Growers www.cog.ca, Atlantic Canadian Organic Regional Network www.acornorganic.org et beaucoup d'autres en tapant 'agriculture biologique' ou 'organic agriculture'. 
  4. Allez rendre visite à votre marché local. Il en existe plusieurs au Nouveau Brunswick, tous regorgeant de produits frais et locaux à ce temps-ci de l'année. Trouvez-les à l'aide du site Tourisme Nouveau Brunswick www.tourismnewbrunswick.ca 
  5. Lisez les affiches au supermarché. D'où proviennent ces aliments ? Les informations contiennent-elles assez de détails pour vous faire connaître le mode de production de tous ces aliments ? Combien de temps ont ils été entreposés ? Avec quoi les légumes ont-ils été traités ? 
  6. Parlez à un agriculteur. Trouvez une ferme biologique près de chez vous à l'aide de l'annuaire fourni par ACORN au www.acornorganic.org ou http://www.bio-dynamie.org/liens-web/liens-web.htm et visitez-la. 
  7. Osez comparer - 1ère partie : goûtez à une tomate du supermarché puis goûtez à une tomate achetée directement du fermier. Un goût de styromousse versus un éclat de saveur sucré et ensoleillé. 
  8. Osez comparer - 2ième partie : Achetez votre épicerie hebdomadaire au supermarché. Achetez l'épicerie de la semaine suivante au marché local. Comparez les factures ainsi que les distances que les aliments ont parcouru. Lorsque vous incluez les coûts de transport de ces produits qui viennent de partout dans le monde jusqu'à votre table, lequel est le moins dispendieux ?
  9. Allez à la ferme. Allez offrir votre labeur et votre désir d'apprendre en échange d'une chambre et pension dans une des fermes biologiques à travers le monde avec l'organisme 'Willing Workers On Organic Frams' www.wwoof.ca 
  10. Apprenez davantage. Le Centre Falls Brook www.fallsbrookcentre.ca offre une série d'ateliers sur l'agriculture biologique cet été qui regroupe des experts dans le domaine (fermiers, personnes contacts, professeurs) afin de discuter et d'enseigner les bases de l'agriculture biologique. 
  11. Vivez la vie de l'agriculteur(trice) biologique. Devenez apprentis ou stagiaire dans une ferme biologique pendant une saison - apprenez la vie quotidienne sur une ferme biologique en suivant le Programme d'apprentis des fermes biologiques néobrunswickoises www.fallsbrookcentre.ca/agriculture/apprenticeships.htm 
  12. Redonnez. Qu'avez-vous appris ? Comment pouvez-vous partager vos nouvelles connaissances sur l'appréciation de la nourriture ? Comment pouvez-vous intégrer ces nouvelles connaissances dans vos activités personnelles et professionnelles ? Pensez aux prochaines générations.


(photo: cleanfunny.com)

Imaginez… Si chaque personne, des élèves aux professeurs, des employés d'hôpitaux aux patients, des citoyens aux politiciens, si chacun réalisait une seule de ces étapes pour prendre mieux conscience de l'importance des aliments frais en provenance des fermes locales. Nous ne pouvons pas poursuivre cette dépendance d'une nourriture provenant des quatre coins du globe, au dépend de notre environnement, de nos communautés locales et des générations futures. Si notre système alimentaire encourageait la production locale et nourrissait les communautés locales, j'ose espérer que les préoccupations entourant un état d'urgence ne seraient pas des préoccupations de survie alimentaire.