Self-
Destructive Nuclear Energy

In early 1998, the Department of Natural Resources and Energy,  released a   discussion  document on the deregulation of NB Power.

The nuclear reactor at Pt. Lepreau was a primary focus of this report. Looking at this situation and following the trail of reports and formal concerns about Lepreau is our author,  Marco Morency.

Morency finds that in 1997, the  Atomic Energy Control Board released a report accusing management at Lepreau of a long term policy of maximizing electrical production to the detriment of maintenance and safety practices. NB Power responded with a study outlining the work that will be needed to maintain the plant - to the tune of $600 million or more. According to Morency, this is an old story, similar to previous ones of Lepreau`s low construction costs that eventually ballooned to $1.3 billion. Morency finishes by advocating energy conservation and other alternative forms of electrical production.

L'énergie nucléaire s'éteint d'elle-même

Marco Morency
20 mars, 1998

epuis longtemps, les gens du N.-B. critiquent Énergie NB, surtout par rapport à la centrale d'énergie nucléaire de Pointe Lepreau. Enfin, notre gouvernement semble remettre en question les décisions controversées de la société d'état, soit de continuer à utiliser le réacteur de Pointe Lepreau malgré des difficultés condamnables.

============
Enfin, notre gouvernement semble remettre en question
============
ptlep2.jpg (8958 bytes)

Un document présenté récemment par le ministère des Ressources naturelles et de l'Énergie fait état des inquiétudes face à la situation d'Énergie NB dans un marché de l’électricité ouvert à la compétition. Ce questionnement suit et supporte un rapport de la Commission de contrôle de l’énergie atomique du Canada (CCEA) du mois de mai 1997 qui critique la société d'état pour avoir maximisé la production au détriment de la sécurité dans sa gestion de la centrale d’énergie nucléaire. Le rapport a eu pour effet de questionner la gestion de la société d’état déjà soumise à bien des critiques.

Pour répondre à la critique de la CCEA, Énergie NB a commandé une étude dans le but de rehausser l'ensemble de la centrale. Toutefois, le rapport préliminaire de l'étude, dévoilé à la fin février, stipule que des sommes d'argent faramineuses seront nécessaires pour maintenir en opération la centrale de Pointe Lepreau.

En réalité, la centrale n'a jamais été ce qu'elle devait être. Les problèmes étaient présents dès sa construction, qui a finalement coûté le double de ce qui était prévue, soit un total de 1,3 milliard de dollars. Durant les années suivantes, son rendement a été maintenu à un niveau rentable mais en négligeant la sécurité et l’entretien : un comportement inacceptable pour une société d'état. Depuis 1995, Pointe Lepreau présente réellement les symptômes d'une technologie inadéquate. Les fermetures se sont multipliées et il nous en coûte à chaque jour un demi millions de dollars pour remplacer l'électricité non produite. Ces imprévus sont dus principalement à des erreurs humaines et au vieillissement prématuré de la centrale qui cause, par exemple, la corrosion de certaines structures. Ceci ne représente que les problèmes liés au fonctionnement de la centrale.

bundle.jpg (2377 bytes) ==========
Le principe même de l'énergie nucléaire n'est donc pas acceptable
==========

Bien d'autres éléments sont à considérer, comme l'impact sur l'environnement de toute l'industrie nucléaire, partant des mines d'uranium à l'entreposage des déchets radioactifs en passant par l'exportation de centrale nucléaire partout dans le monde.

Le principe même de l'énergie nucléaire n'est donc pas acceptable. Aujourd'hui, nous connaissons des méthodes plus efficaces et mieux adaptées pour la production d’électricité ; par exemple, les ressources renouvelables comme l’énergie éolienne, l’énergie solaire, l’énergie des marées motrices et l’énergie géothermique. Ces nouvelles technologies ne nuisent pas à l'environnement et sont profitables au point de vue économique. Malgré l’efficacité croissante de ces nouvelles technologies, il est primordial de réduire notre consommation d'électricité par la conservation, c'est-à-dire utiliser des appareils plus efficaces.

L'énergie nucléaire empoisonne inutilement l'environnement par la radioactivité de son carburant et aussi par les déchets radioactifs dont nous ne savons pas quoi faire. Par dessus tout, et c'est ce qui inquiète le plus le gouvernement, l'énergie nucléaire saigne notre économie. Les coûts nécessaires à la remise à neuf de Pointe Lepreau seront au moins de 600 millions de dollars et probablement davantage. Un autre milliard et demi sera nécessaire pour fermer la centrale sécuritairement, un milliard de dollars que nous n'avons pas encore.

Une fois tous ces éléments rassemblés, l'énergie nucléaire est la méthode la moins logique pour la production d'électricité. Mais enfin, le ministère des Ressources naturelles et de l'Énergie accepte d'ouvrir le débat. Il faut maintenant s'assurer qu'ils admettent que l'énergie nucléaire est désuète et que leurs efforts soient plus responsables qu'ils l'ont été dans le passé. Nous devons faire en sorte qu'Énergie NB ne nous soumette plus à de telles idioties.