Earth area

   

 visit the current theme

 

 

 

In English

 

 

 

 

 

 

 

Équipe de recherche Littoral et vie, Université de Moncton :

Beth McLaughlin Diane Pruneau André Doyon Joanne Langis Liette Vasseur Eileen Ouellet Gilles Martin Gaston Boudreau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commanditaires du projet Le Cercle des mutants :
Fonds Action climat d’Environnement Canada, New Brunswick Environmental Trust Fund, Université de Moncton.

Référence :

Campbell, J. , 
Les héros sont éternels
. Paris : Robert Laffont. (1978)

      

Le Cercle des mutants -
Qu'est-ce que c'est que ça?


par L’équipe de recherche Littoral et vie
de l’université de Moncton
avril 2003

Le Cercle des mutants est le nom d’un atelier de développement professionnel des enseignantes et enseignants de l’éducation aux changements climatiques.


(photo: Cercle des mutants)

Le cours a été créé pour faire appel à la personne entière, la tête et le cœur – en utilisant des métaphores, des symboles et des rituels pour créer une communauté.  Nous voulions ainsi aider les participantes et les participants à changer leurs comportements pour réduire leur impact sur le climat, c’est-à-dire à devenir des mutants.  La phrase :  Soyons des héros de l’environnement et aidons nos élèves à devenir des héros est donc devenue le motus videndi des participantes et des participants du cours.

La partie recherche du projet consistait à identifier ce qui motivait les personnes à changer leur comportement afin de vivre plus écologiquement sur la planète.  Par ailleurs, des techniques d’éducation relatives à l’environnement qui aident à créer des liens avec l’environnement ont été incorporées dans le cours.  Un récit, Le premier cercle des mutants et des activités touchant les valeurs environnementales ont aussi été inclus dans ce projet.  Le Cercle des mutants a été formé en septembre 2002.  Aujourd’hui, il existe approximativement 372 mutants dans les provinces de l’Atlantique et leur nombre augmente régulièrement. Les activités les plus marquantes du cours sont décrites ci-dessous, mais le point tournant a été de constater les changements et l’engagement des enseignantes et des enseignants prêts à expérimenter une ou plusieurs actions pour réduire leur impact écologique sur le climat. 

Un changement de comportement relatif aux changements climatiques devrait donc représenter le but ultime d’un cours bien réussi.

La tête – les idées

Par le dialogue, en se servant de cartes et en échangeant des expériences personnelles, les participantes et les participants ont identifié les causes locales des changements climatiques (l’utilisation de combustibles fossiles, les pratiques agricoles, l’enfouissement de déchets solides, la déforestation, etc.).  Elles et ils ont ensuite commencé à identifier les symptômes des changements climatiques (la fréquence et l’intensité des tempêtes, l’élévation du niveau de la mer, la fonte des glaciers et l’augmentation de la température moyenne globale) et les effets de ces symptômes (l’érosion du sol, l’érosion côtière, un niveau d’eau plus bas dans les rivières, des effets sur la santé, etc.). 


(photo: Cercle des mutants)

Le cœur – les valeurs environnementales

Arriver à faire exprimer par les enseignantes et les enseignants leurs valeurs environnementales peut être assez difficile à moins de recourir au plaisir. Nous avons eu recours à une activité appelée un continuum dans laquelle deux personnages se placent à chaque extrémité d’une grande file.  Tout d’abord, les deux personnages sont venus se présenter :  Huguette Passe-Partout et Gérard Ment L’Occasion.  Huguette dépense beaucoup, aime manger des plats importés coûteux, méprise les produits locaux autour d’elle, tandis que Gérard est un grippe-sou écologique qui accorde à sa famille la permission de ne prendre qu’une douche par semaine.  Les participants ont alors été invités à se placer sur ce continuum et ensuite à expliquer les raisons de la position choisie :  ce qu’ils font ou ne font pas pour aider l’environnement.

Le cœur – les activités pour créer un lien avec la Terre

Quelle meilleure manière d’encourager un attachement à la Terre que de passer du temps à l’extérieur!  Premièrement, nous avons présenté des programmes de surveillance écologique :  Opération floraison, Veille au gel, Veille aux grenouilles, Veille aux vers (voir : www.naturewatch.ca).  Munis du petit livret de l’Opération floraison, nous sommes sortis à l’extérieur à la recherche des quatre-temps (la plante thème du conte des mutants).  Nous avons également essayé d’identifier d’autres espèces dont la floraison est maintenant influencée par les changements climatiques.

Pendant que nous étions à l’extérieur, nous avons également fait appel au solo. Chaque enseignant a reçu un coussin protecteur (un sac de poubelles) et a été invité à se trouver un endroit personnel en nature. La personne devait s’y asseoir confortablement pendant 15 minutes et observer tout ce qui s’y produisait à l’aide de plusieurs sens.  Un partage des expériences a suivi.  La richesse de ces échanges a été étonnante.

La tête et le cœur – les influences sociales

Une liste de comportements pouvant diminuer les effets sur le climat a été distribuée. Les animatrices ont lu le conte Le premier cercle des mutants et, ont ensuite invité les participantes et les participants à devenir membres du Cercle des mutants.  Chaque participant ou participante a alors choisi un comportement qu’il ou elle essayerait et a partagé celui-ci avec le groupe en expliquant les raisons de son choix. C'est ainsi que nous avons travaillé à créer une communauté où règnent la confiance et une ambiance propres à la communication et dans laquelle un projet personnel de changement a pu germer.


(photo: Cercle des mutants)

Mutants, oui ou non?

Est-ce que les enseignantes et les enseignants sont devenus des mutants?  Oui!  Plusieurs participantes et participants ont décidé de réduire le niveau de leur thermostat, d’éteindre les ampoules, le téléviseur et l’ordinateur.  D’autres ont choisi de réduire l’utilisation d’eau pour se brosser les dents, d’employer moins d’essuie-tout, de marcher plus souvent, de composter ou d’apporter leur dîner dans des contenants réutilisables.  Ils ont partagé avec nous que le fait d’accomplir de petites actions incite à en entreprendre d’autres.

Le voyage des héros

Nos héros ont rencontré des obstacles :  le manque de temps, le manque de soutien de l’entourage, la fatigue… Leurs alliés, par contre, ont été les autres membres du Cercle des mutants qui forment maintenant une communauté.  D’autres alliés ont été le sens d’organisation de nos héros, le fait d’entendre parler des actions d’autres personnes, leur engagement à faire quelque chose et leur désir d’être un modèle pour leurs élèves et leur famille. 


(photo: Cercle des mutants)

Le site Web du projet renferme une présentation détaillée qui peut être téléchargée :  voir www.umoncton.ca/mutants
(cliquez sur la section Enseignants et ensuite sur Changement climatique).